The Amazing Spiderman 2 : très grand spectacle sur la toile

What . The . Fuck !

Ces trois mots sont les premiers auxquels j’ai pensé il y a 3 ou 4 ans, quand Sony a annoncé qu’ils allaient produire un reboot de Spiderman. Abandonner le travail de Sam Raimi ? Idée grotesque. Glisser sous le masque un autre minois que celui de Tobey Maguire ? Enfin, mais quelle idée ?!

Yes, What the fucking fuck !

Évidemment, je ne suis pas allé voir le premier épisode de ce reboot. Le gros lézard pour remplacer le bouffon vert, très peu pour moi. Mais, le temps passant, la curiosité m’a finalement poussé à le regarder. Eh là, c’est le drame. Que dis-je ? LE DRAME !

Plus le film se déroulait sous mes yeux, plus je me surprenais à préférer ce reboot à la trilogie originale. Sacrilège. Pourtant, c’est le constat que j’ai du tirer après avoir vu ce film. Je préférais l’humour et le style du Peter Parker d’Andrew Garfield à la gaucherie de celui de Tobey Maguire. Je préférais l’ambiance moins épique mais plus fun de l’univers du reboot. Et je préférais le costume aussi… ça a l’air secondaire comme ça mais comme pour Superman, ça joue beaucoup !

Bref, ce reboot dont je ne voulais pas entendre parler, je le préférais finalement à l’original.

What . The . Fuck !

A nouveau. Et là, c’est en sortant de la projection du deuxième épisode du reboot que je me les suis dit. Ce film, c’est une claque. Pas dans le sens « Renversant, révolutionnaire, génial ». Non, c’est plutôt une claque en terme d’action et d’effets spéciaux. On en prend plein les yeux, du début à la fin. Et en 3D mesdames, messieurs ! S’il-vous-plait.

On commence par une séquence montrant la mort des parents Parker. Comme ça, ça n’a l’air de rien, sauf qu’il s’agit en fait d’une baston dans un avion en train de s’écraser. Dans le même genre, The Dark Knight Rises avait fait mieux, mais passons. Cette première scène annonce d’emblée le programme. Du spectacle. Du très grand spectacle. Le must en matière de blockbuster. On enchaine sur une séquence de course-poursuite dans New York. Et dans la salle on a à peine eu le temps de reprendre notre respiration. Dans le jargon, on appelle ça une introduction réussie.

Là, le film de Marc Webb suit plusieurs fils, plus ou moins intéressants, plus ou moins surprenants. Peter Parker (Andrew Garfield) jongle entre sa vie de petit ami imparfait de Gwen Stacy (Emma Stone) et ses activités de justicier. Spiderman dispose maintenant de l’appui du public et des forces de l’ordre, ce qui lui facilite grandement la tâche. Dans le même temps, Harry Osborn(Dane Dehaan), meilleur ami d’enfance de Peter, hérite d’Oscorp Industries. Et ça tombe mal : Max (Jamie Foxx), un électricien solitaire et fan de Spiderman, meurt dans des circonstances tragiques entre les murs de l’entreprise controversée.

A partir de là, la toile prend forme. Elle sert clairement de base à d’autres films à venir, même si plusieurs intrigues propres à cet épisode ou lancées dans le précédent, trouvent ici une conclusion. Et pour l’une d’entre elle, on peut souligner l’audace des scénaristes. Mais je n’en dirai pas plus, histoire de ne spoiler personne.

Comprenez bien ceci : ce film est un blockbuster en puissance. Il n’a rien de révolutionnaire. Il ne vous fera pas réfléchir en sortant de la salle. Non, ce film est du divertissement à l’état brut. Une pastille de deux heures de plaisirs visuels et d’action. Et oui, on en redemande! Vivement la suite.


The Amazing Spiderman 2 : le destin d’un héros, un film de Marc Webb avec Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx, Sally Field et Dane Dehaan. Sortie le 30 avril 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s