Game of Thrones : le debrief de la saison 5 lieu par lieu [1]

La saison 5 de Game of Thrones arrive déjà à la moitié de sa diffusion. Que doit-on retenir de cette première partie, profondément marquée par des changements ambitieux dans l’adaptation des bouquins ? Et surtout, que peuvent bien nous réserver les showrunners pour le reste de la saison ? Lieu par lieu, c’est l’heure du debrief !

image (5)
Margaery-Tyrell-and-Cersei-Lannister-Season-5-margaery-tyrell-38376626-4928-3280
La guerre des deux reines

Tywin Lannister est mort, emportant avec lui les espoirs de voir le roi Tommen sauver les sept couronnes de la situation misérable dans laquelle la guerre les a plongées. D’un côté, Cersei tente de jouer de son statut de reine mère pour contrôler le conseil restreint. Pas de main du roi : elle en occupe les fonctions, disposant comme bon lui semble de conseillers plus incompétents et inutiles l’un que l’autre. Quand Kevan, le frère de Tywin, souligne l’illégitimité de Cersei dans le rôle qu’elle prétend occuper, elle le laisse partir, se privant ainsi d’un conseiller de poids. De l’autre, Margaery entend bien profiter de sa nouvelle fonction. En tant que reine, elle ne compte pas laisser Cersei influer sur Tommen. Tiraillé, le jeune roi se révèle impuissant. Sauf au lit…

La guerre des deux reines s’installe progressivement dans cette première partie de saison, et culmine déjà avec l’arrestation pour motif d’homosexualité de Loras Tyrell, le frère de Margaery, sur les ordres du nouveau grand Septon, nommé et armé par Cersei. Le Grand moineau, comme l’appelle ses fidèles, prône un retour aux valeurs de la religion des Sept. Excédée par les privilèges et les pêchés des puissants, la population se rallie aux discours de rigueur. Le fanatisme religieux fait son entrée dans la série, avec force. Pour le moment, la situation profite largement à Cersei, aux dépens d’une Margaery incapable de faire libérer son frère bien-aimé, malgré ses tentatives de culpabilisation sur Tommen. Le roi tente bien de consulter le nouveau Grand Septon, mais l’accueil par les fidèles de ce dernier est pour le moins glacial. « Bâtard », l’appelle-t-on. Cersei devrait se méfier de ses nouveaux alliés : à Port-Réal, personne n’ignore qui est en réalité la plus grande pécheresse.

La rivalité entre les deux reines n’a jamais été aussi forte que dans ce début de saison 5. Libérées de leurs parents et grands-parents manipulateurs (Tywin est mort, Olenna partie pour Hautjardin), Cersei et Margaery sont prêtes à mener le royaume à sa perte, trop promptes à nourrir leurs ambitions personnelles. Et entre elles, Tommen. Beaucoup plus doux et humain que Joffrey. Trop ? Sûrement. Construit en parfaite opposition avec son défunt frère, le plus jeune des Lannister montre bien qu’un bon roi n’est pas forcément un homme bon. Ou qu’il ne peut pas être QUE ça.

image (2)Sansa_Ramsay_Kill_the_BoyThe North remembers

Dark Sansa revient à la maison. Après avoir éconduit la maladroite Brienne, qui se proposait de l’éloigner du néfaste Littlefinger, Sansa découvre avec angoisse le sort que lui réserve son « protecteur ». Il l’emmène à Winterfell, son foyer, pour épouser Ramsay Bolton, le fils bâtard mais légitimé de Roose, gouverneur du Nord et au passage assassin de Robb Stark. Tordu ? Attendez. Ajoutez-y un Théon « Reek » Greyjoy condamné à observer la louve Sansa sauter à pieds joints dans la gueule de l’écorché, sans pouvoir avouer qu’il n’a pas tué Bran et Rickon. Ajoutez aussi une Miranda jalouse, prête à toutes les bassesses contre celle qu’elle considère sa « rivale ». Saupoudrez de serviteurs fidèles aux Stark, et qui n’ont pas oublié leurs serments d’allégeance. Vous obtenez une poudrière qui devrait exploser très rapidement. Heureusement, Brienne s’accroche. Près de Winterfell, elle attend son heure pour porter secours à Sansa et ainsi tenir la parole donnée à Catelyn.

Qu’ont-ils fait de Sansa? J’imagine très bien les cris d’horreurs des book purists quand ils ont vu l’aînée des Stark se diriger vers Winterfell pour aller épouser ce grand sadique de Ramsay. Énorme changement par rapport au récit original. C’est vrai. Énorme amélioration. Vrai aussi. Dans les livres, Sansa reste cachée sous l’identité d’Alayne, et apprend auprès de Littlefinger à manipuler et monter des alliances. Ce qui passe très bien dans trois chapitres du livre aurait été beaucoup moins intéressant à l’écran. Donner au personnage une intrigue normalement destinée à un second rôle à peine évoqué dans la série : l’idée est brillante. Et remarquablement menée, puisqu’elle permet à Brienne de connaître elle aussi un sort inédit, et sans doute moins déconnecté au reste des personnages qu’elle ne l’est dans les livres. Tout ça ajouté à une performance magistrale de Sophie Turner, décidément bien meilleure que dans les premières saisons, et on se retrouve avec une des meilleures intrigues de la saison… voire de la série.

image (4)Stannis_Baratheon_in_Castle_Black_with_Jon_SnowKill the boy

Sur le Mur, on se remet tout doucement de la bataille qui a vu la défaite des Sauvageons menés par Mance Rayder. Stannis, en position de force après avoir sauvé la Garde du désastre, essaie d’influer sur le Lord Commandant fraîchement élu : Jon Snow. Mais le jeune homme n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Très vite, il fait comprendre à ses ennemis potentiels qu’il vaut mieux ne pas le chercher (couic, Janos Slynt). Tout en mettant au point une alliance contestée avec les anciens ennemis sauvageons. Une stratégie qui ne fait pas l’unanimité au sein de la Garde. Pendant ce temps, Mélisandre joue avec le feu même si ses tentatives de séduction renouvelées auprès de Jon ne mènent pour l’instant à rien.

Longtemps préparé, forgé par l’expérience : Jon Snow prend le pouvoir dans la Garde de nuit. Kit Harrington, dont le jeu s’était considérablement amélioré la saison dernière, gravie un nouveau palier. Bien aidé par un Stannis enfin à la hauteur de son alter ego des bouquins. La famille Barathéon profite de cette saison 5 pour se dévoiler et donner de grands moments d’émotion. Les simplifications et changements nécessaires à l’adaptation sont cohérents et bien amenés. On attend juste que ça pète. Parce qu’il ne peut pas en être autrement…

image (8)game-of-thrones-season-5-ellaria-sand-and-areo-hotahVenin dornien

Ellaria Sand est rentrée de King’s Landing avec dans ses bagages la tête éclatée d’Oberyn. Et elle est toute colère. Ce qu’elle veut ? La guerre avec ces Lannister qui jouent depuis trop longtemps avec l’honneur et les vies de la famille Martell. Ça tombe bien : dans les Jardins Aquatiques, une jeune et jolie princesse se balade en toute innocence, main dans la main avec Trystan, fils et héritier du seigneur des lieux, Doran. Ellaria a bien quelques idées de l’usage que Dorne pourrait faire de la jeune Myrcella, fille chérie de Cersei. Mais Doran ne veut rien entendre : la mort de son frère Oberyn ne les autorise pas à torturer une enfant.

Loin de là, Jaime décide de rattraper ses erreurs en partant pour Dorne, à la rescousse de sa nièce qui est en fait sa fille. Enfin vous connaissez la chanson. Accompagné de Bronn, il espère passer incognito… avec ses cheveux blonds et sa main en or, bon courage…

Poudrière numéro 4 : à Dorne aussi, tout va péter. Mais là, on est loin d’avoir de quoi se réjouir dans la première partie de la saison. Les éléments sont connus mais très peu développés, et l’intégration de Jaime au schmilblick est légèrement ratée. On attend de voir ce que ça donnera dans la suite de la saison. Pour l’instant, c’est sûrement l’intrigue la plus faible des cinq épisodes diffusés.

image (9)29No one

Arya a fini de vadrouiller. Enfin ! Elle pose ses valises à Braavos, dans la Maison du Noir et du Blanc, où sont formés les mystérieux Sans-Visages, dont Jaqen H’ghar était membre. Problème : pour devenir un Sans-Visage, il faut être Personne. Et Arya reste fidèle à elle-même.

Peut-on oublier qui on est pour obtenir des compétences qu’on veut acquérir justement parce qu’on est … qui on est ? Le dilemme d’Arya est intenable. On imagine mal la jeune fille renoncer à ce qu’elle est et à sa famille. Un sentiment confirmé par une très belle scène où elle tente en vain de se débarrasser d’Aiguille, l’épée offerte il y a bien longtemps par Jon Snow. Le fait qu’elle la cache est symbolique : ok, elle va être Personne. Mais seulement le temps d’apprendre. Le retour d’Arya sera inévitable. Et gare alors à tous ceux encore sur sa liste. Cersei, Meryn Trant, The Mountain, Walder Frey… Qui va y passer le premier?

image (6)GAME-OF-THRONES-5X05-Kill-the-Boy1Deux hommes sont sur un bateau

Tuer le père. Tyrion n’est pas tout à fait serein. Et quand il ne va pas bien, Tyrion boit. Il boit sur le trajet en bateau qui l’amène de King’s Landing à Pentos. Il boit sur le trajet en carriole de Pentos à Volantis. Avec tout cet alcool, on se demande ce qu’il a retenu des discours de Varys sur son plan génial : aider Daenerys à monter sur le Trône de fer (en vrai dans les livres le plan est un brin plus complexe. Ici, malheureusement, Varys passe un peu pour un benêt…). Finalement capturé par un mystérieux chevalier, Tyrion s’attend à être envoyé à sa charmante sœurette (qui il est vrai donnerait tout pour recevoir sa tête sur un plateau).

Mais Jorah Mormont a d’autres plans : faire présent du Nain à Daenerys pour lui prouver sa loyauté. Un plan tout aussi désespéré que celui de Varys, mais là, ça peut se comprendre. Les deux hommes, très méfiants l’un envers l’autre, commencent tout juste à sympathiser à la faveur d’une promenade en bateau dans les ruines de l’antique Valyria, quand des hommes de pierre les attaquent. Passé à deux doigts de la noyade, Tyrion ne remarque pas le poignet infecté de son compagnon de route. Vite, Jorah, il ne faudrait pas se présenter à Dany tout de pierre couvert.

Au concours de l’intrigue la plus lente et la moins passionnante, on ne s’attendait pas à retrouver Tyrion. Pourtant, le personnage emblématique et charismatique de la série n’y échappe pas. Dans la saison 5, il nous emmerde. Il boit, se plaint, vogue avec Jorah. Heureusement, leur excursion touristique dans les ruines de Valyria apporte un peu d’action. Sinon, il faut signaler la beauté des décors que traverse le nain. Volantis, Valyria : de vrais décors de carte postale, et certainement à mettre du côté des plus belles réussites artistiques de la série. Il est tout de même temps que The Imp rencontre The Mother of Dragons. Grand temps.

image (7)episode-30-05-1920Tombé pour elle

Rien ne va plus à Meereen. Incapable de contrôler ses dragons, Daenerys est confrontée à l’apparition d’un groupe de partisans de l’ancien régime : les fils de la Harpie. Déterminée à se débarrasser de ses gêneurs en respectant la justice, la reine est confrontée à des choix douloureux. Déjà haïe des maîtres, elle s’attire les foudres des affranchis en exécutant (en toute justice) un des leurs. Comme si ça ne suffisait pas, les actions des fils de la Harpie mènent à la mort de son plus fidèle conseiller, Barristan Selmy. Le vieux chevalier pousse son dernier soupir à la suite d’un combat épique dans les rues de la cité contre une horde d’assassins masqués (grosse surprise pour les lecteurs, puisque dans les bouquins, Barristan est toujours vivant, occupant même une place de premier ordre dans l’intrigue, puisque c’est e de son point de vue que sont décrits certains événements).

Face à la violence de ses ennemis, Daenerys choisit de répondre de même, tirant profit de la crise d’adolescence de ses chers enfants aux crocs acérés et au souffle ardent. Elle réalise cependant que cette réponse ne la mènera nulle part. Elle prend le chemin de la diplomatie en accordant à un noble meereenien la réouverture des arènes de combats… et en lui accordant sa main.

Les événements de Meereen ont de quoi énerver les téléspectateurs : déconnectés du reste des intrigues, ils ne préfigurent en rien l’arrivée de Daenerys sur les rives de Westeros. En apparence. Car la série l’a prouvé, il ne suffit pas de conquérir pour régner. La dernière des Targaryens l’apprend à ses dépens à Meereen : pas facile de gouverner un peuple qui ne veut pas de vous. Sa détermination à agir honorablement et justement sera peut-être la cause de sa chute prématurée.

Plus que cinq épisodes. Les éléments mis en place dans ce début de saison devraient mener à plusieurs climax aux quatre coins de Westeros et Essos. Des rencontres, des vengeances, des batailles. Plein de promesses qui seront sans doute tenues pour cette fin de saison. Vite, la suite.

Bonus : Game of Thrones aiderait-elle à vendre de l’hydromel aux États-Unis ? La réponse dans mon premier article pour Le Monde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s