KulT : Buffy The Vampire Slayer « Normal Again »

Tous les mardis, je plonge dans les archives pour en tirer un épisode de série télé qui m’a marqué. Série d’enfance, d’adolescence ou d’aujourd’hui : toutes foisonnent d’épisodes cultes, mais il y en a certains qui résonnent particulièrement selon la sensibilité qui est la nôtre. C’est de ceux-là que je vais vous parler. Et on commence cette nouvelle rubrique avec un épisode renversant d’une série longtemps marginalisée mais devenue depuis cultissime :  Buffy The Vampire Slayer.

Elle est belle, elle combat des vampires et elle est drôle. Plus de vingt ans après la diffusion de l’épisode pilote, si les effets spéciaux ont mal vieilli, les intrigues, elles, n’ont pas pris une ride. Et justement aujourd’hui je vais vous parler d’un épisode capital, du genre à remettre en cause six saisons entières et même les chapitres qui suivront. Un modèle souvent copié mais jamais égalé : Normal again, dix-septième épisode de la sixième saison.

6×17 : Normal Again / À la dérive
Premiere diffusion : 12 Mars 2002

Il se passe quoi déjà ?

Cet épisode intervient dans une saison six très sombre : Buffy, après s’être sacrifiée pour sauver le monde (et sa petite sœur Dawn), a été ramenée d’entre les morts par ses amis Alex, Willow, Tara et Anya. Sauf que, pas de chance, alors qu’eux la pensaient piégée dans une dimension démoniaque, elle était en réalité au paradis, en compagnie de sa défunte mère. Enfin apaisée après une vie de combat. « J’en ai été arrachée, par mes amis », finira-t-elle par avouer, dépitée, à Spike. Inoffensif point de vue canine, le vampire n’en reste pas moins un homme dangereux. Petit à petit, Buffy laisse une relation très charnelle se créer entre elle et Spike, dans le plus grand secret. Willow, elle, se drogue à la magie., et fait fuir l’amour de sa vie, Tara. Dawn, ado un brin délaissée, se la joue cleptomane. Alex, lui, abandonne Anya à l’autel. Bref. C’est le bordel.

Plongée au cœur du marasme, Buffy tente de relever la tête. Alors qu’elle est à la recherche de la planque du Trio (un groupe de trois losers qui s’est mis en tête de pourrir la vie de Buffy), un démon l’attaque et la perce de son dard. C’est là que commence Normal Again.

Pourquoi c’est culte ?

L’épisode se coupe pour nous emmener dans un hôpital psychiatrique dans lequel Buffy est patiente. On apprend qu’elle y est internée depuis six ans, et que le mal qui l’atteint serait … de s’être enfermée dans un monde imaginaire où elle serait une sorte de super-héroïne investie de la mission de tuer les vampires… Rien que ça.

On alterne ensuite avec l’univers que l’on connaît bien, avec une Buffy de plus en plus déstabilisée par ces drôles de visions, et l’hôpital, où les parents et les médecins reprennent espoir que la jeune femme émergent enfin de son délire. Dans celui-ci sont intégrés tous les événements marquants de la série : son sacrifice et sa période de mort sont présentés comme un épisode de mieux, pendant lequel Buffy aurait enfin retrouvé un état normal. Toute la saison 6 est présentée comme un effondrement de l’univers de la jeune fille, comme un appel au secours pour enfin revenir à la réalité… Tout marche, et même Buffy finit par y croire.

Au paroxysme de la crise, Buffy se laisse convaincre par les médecins d’assassiner ses amis, le seul moyen, selon eux, de sortir définitivement de ce monde imaginaire. Un scène d’une grande force, durant laquelle Sarah Michelle Gellar fait des merveilles, entre une Buffy psychopathe mais dont les convictions s’évanouissent petit à petit quand le démon s’avance vers sa sœur et ses amis pour les tuer, et une Buffy à l’hôpital, déchirée entre ce monde imaginaire et l’amour de sa mère, dont les paroles d’encouragement finissent par fonctionner. En effet, Buffy, plus forte que jamais, décide de s’abandonner totalement au monde « imaginaire », en sauvant ses amis.

La scène à retenir ?

La toute fin de l’épisode, qui sème le doute sur l’intégralité de la série. Nous laissons Buffy à l’hôpital, dans un état totalement figé. Sa mère, en larmes, à ses côtés. Et le médecin qui lance ce terrible diagnostic : « I’m afraid we’ve lost her ». Mais alors… Buffy serait-elle vraiment cette fille enfermée dans son délire depuis des années ? Et la suite des aventures ne seraient donc que … la continuité de ce délire dans laquelle elle semble enfermée à jamais.

Rares sont les séries à oser remettre ainsi en question toute leur intrigue. Leur concept même. Au spectateur ensuite de choisir la version qu’il préfère. Dans le genre, on a rarement vu mieux. Un épisode qui aurait pu faire office d’épisode final sans problème.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s